Lettre 11

le 16/09/12

 

    Chère Inconnue,

 

    Je vous remercie pour votre lettre et m’excuse à nouveau pour ce long silence qui n’a cette fois-ci d’autre explication que mon envie de repos... Comme vous, l’envie d’un repos salutaire. Sans rien ni personne. Ne vous offusquez pas ! J’ai plusieurs fois tenté de vous écrire ne serait-ce qu’une bafouille ou une carte postale (dans laquelle je vous aurais demandé si vous alliez bien avant de vous dire qu’ici il faisait beau). Je ne l’ai pas fait, déjà parce que je n’ai pas trouvé de carte postale qui vaille le prix qu’ils en demandent. Et puis parce que tout ce que je pouvais écrire me semblait ridicule et vide. J’étais si épuisé que je ne pouvais faire une phrase correcte sans qu’elle me paraisse étrange, grotesque, d’un ignoble ridicule.

 

    Vous est-il déjà arrivé d’entendre un mot, ou une expression, et de le retourner dans votre tête jusqu’à vous dire que cet idiomatique est étrange, mal formé, qu’il n’est pas possible que vous l’ayez employé tant et tant sans vous rendre compte de sa difformité ? Et bien quand je souhaitais vous écrire, j’avais toujours cette impression. Toutes les phrases que je commençais à poser sur le papier me semblaient tordues, comme des branches d’arbres morts... Je me voyais mal vous envoyer un arbre mort en plein été !

 

    Je suis donc resté plongé dans ma retraite de silence. Mon coup d’éclat a emporté beaucoup de choses. Le mariage n’a jamais eu lieu en fin de compte. Le jeune homme bien comme il faut est parti seul pour la grande ville avec un amour de jeunesse retrouvé. Et vous ne le croirez jamais, mais ils m’ont écrit l’autre jour ! Une belle carte postale en noir et blanc, une photo de la tour Eiffel avec devant une jeune femme habillée des années 50 qui promène son chien. Une très belle carte... Je l’ai accroché sur un placard de la cuisine (celui où les casseroles sont rangées). Derrière, il n’y avait qu’un mot d’inscrit “merci”. C’était beau non ?

 

    A côté du placard où il y a la carte, j’ai accroché le diplôme que vous m’avez fait, car il m’a autant fait chaud au coeur que la carte. Je l’ai mis sur le placard où sont rangées les tasses et le chocolat. J’ai pensé que vous apprécieriez ce choix.

    J’ai donc passé l’été à errer, vadrouiller. Je suis parti avec un monsieur chez qui je fais parfois le ménage. Il allait passer quelques jours dans son chalet pour pêcher au bord d’un lac. Il m’a proposé de venir avec lui afin de fuir un peu le vacarme de la ville quelques temps. J’ai accepté cette invitation avec soulagement. C’était un mois d’août très agréable. Je vous en parlerai plus une autre fois.

 

    De qui avez-vous suivi le divorce ainsi ? Sont-ce vos parents pour que vous deviez suivre ainsi dans les cabinets d’avocat ? J’espère que vous n’avez pas changé d’adresse... (ne me pensez pas cavalier... mais j’ai peur que si vous avez changé d’adresse entre temps un inconnu non désiré reçoive votre lettre ou pire, qu’elle se perde dans les méandres de la poste et alors plus jamais je ne pourrai échanger avec vous et avoir la joie de lire vos missives)

    Je ne sais si l’amour dure toujours ou si un contrat en pourrit la beauté... Certaines personnes sont rassurées par le fait qu’un contrat existe. “L’amour” qui peut paraître flou à certains devient alors une réalité tangible : contrat, bague, robe, une grande fête avec les gens qu’on aime (et quelqu’uns qu’on aime moins)... Ma mère disait toujours que c’était “une occasion de faire la fête et de boire beaucoup sans être regardé de travers”. C’est une raison comme une autre ! Certaines personnes sont sauvées par un mariage. Et parfois ce n’est pas tout à fait comme on croit. Regarder le mariage d’Esther qui au final n’a jamais eu lieu... s’il n’avait jamais été programmé et préparé, le garçon bien comme il faut n’aurait jamais pu retrouver son amour de jeunesse ! C’est une belle chose non ? Alors pour répondre à vos questions, je ne dirai qu’une chose : on ne peut pas généraliser. Certains amours sont faits pour durer toujours même après un mariage. Certains amours ne durent pas, mais il ne faut pas en dénigrer la beauté, aussi éphémère qu’elle ait pu être, et même si le contrat a pu être annulé...

 

    Je ne peux malheureusement pas vous aider plus. Ne croyez pas que je vous fais la morale ! Je pense juste que vous êtes jeune et qu’il est bien trop tôt pour que vous soyez désabusée du monde comme cela...

    Mes félicitations pour vos épreuves.

    Je vous envoie cette fois une marguerite. Je l’ai fait séchée avant ce qui fait qu’elle va pouvoir se conserver sans pourrir. Pour moi ce sont les plus belles fleurs existantes.

 

PS : le jeune homme bien comme il faut s’appelle David, et l’amour de jeunesse Daphné. Je trouve que ce sont de jolis noms pour un couple en fuite.  

 

Repost 0