Petits hamsters

Publié le 19 Septembre 2011

On est des petits hamsters. On tourne, tourne dans la roue. Observations, conclusions. Tirer des conclusions ? Oh non. Pas drôle. On tourne, tourne dans la roue. Pas de but, juste quelques infos suspendus dans l’air du temps. Où va-t-on ? Tu le sais, toi ? Bah... Non. Et l’expérience tourne, tourne dans le flou.

 

Epic fail. La rentrée est une epic fail à elle toute seule. C’est un de ces bordels pas possibles auquel, nous, petits élèves, avons le droit chaque année. Non mais faut voir comment on est trimballé ! De façon aussi hasardeuse que désordonné. Mais cette année nous, élèves de première, avons un bonus over so fun ! La réforme !! Owi ! Ce truc trop drôle qu’on balance sans raisons au dernier moment ! Bah oui parce que si on laissait les éditeurs publier leurs bouquins à temps (soit, AVANT la rentrée, parce que OUI, il faut que les directions décident, commandent et obtiennent lesdits bouquins ! Et vous savez quoi ? Ca prend du temps.), ce ne serait pas drôle, avouons-le. Et puis, si attendait de voir les conséquences de la réforme précédente, ce ne serait pas drôle non plus. Bref, je vous explique un peu le délire de cette année.

 

5 septembre, LA rentrée.

On commence à 14h30 et on a juste une heure. Bon ça va, ça commence pas trop violemment. Je me prends un petit quart d’heure d’avance, histoire de revoir tout le monde et surtout… De me précipiter sur les listes ! Les listes ? C’est les listes de classe, bien sûr. Puis, nous entrons là où nous n’avions pas mis les pieds depuis deux mois… On s’installe tous dans le hall. Et là, évidemment, la directrice nous sert son petit discours. En résumé, elle nous balance quelques  informations potentiellement pertinentes au milieu d’un flot de redites (Aka « Il faut se mettre à travailler dès maintenant, hein ! Ne pas attendre d’être débordé ! Travaillez ré-gu-lière-ment ! » Oui, madame.) Elle ajoute ensuite que l’année dernière, on a pas été très très sage (On a eu le droit à deux-trois protestations avec déclenchement des alarmes incendies, tracts à la pelle (Bourrés de fautes au passage) et rassemblements désorganisés, dans quel but ? Le lycée interdisait le port de short, bermudas, pantacourts aux garçons, et de jupe et short descendant au-dessus des genoux sans collants opaques aux filles. Et interdit toujours d’ailleurs. Enfin je crois. Ca n’a jamais été très clair tout ça…) Chacun y va de son petit commentaire évidemment. Le mien devait ressembler à ça : « On parle de jupe ? Celle de la dirlo lui arrive au-dessus des genoux et elle n’a pas de collant… Mais, ça doit être une illusion d’optique, hein ? ». Sur ce, la directrice enchaîne avec une petite phrase qui avait sans doute pour but de nous inquiéter : « L’année dernière, à SFA (=mon lycée), trois élèves n’ont pas eu leur BAC ! Cela faisait longtemps que cela ne nous était pas arrivé… Et cela vous montre bien que ce n’est pas parce que vous êtes ici que vous aurez votre BAC ! » … Je ne ferai aucun commentaire.

 

Là-dessus, la directrice nous laisse avec notre prof p (=Prof principale). Et là, surprise. J’avais parié dix minutes plus tôt que notre prof p serait une femme et serait prof d’anglais. J’ai eu raison sur toute la ligne (Que voulez-vous ? Il n’en faut pas plus pour me rendre heureuse, moi.). Bref, bref. Le prof nous explique les grandes lignes, nous distribue nos emplois du temps (de OUF MALADE), nous balance les noms de nos profs (à coups de AAAAH et de OOOH qui font écho dans la salle à chaque nom qui s’inscrit sur le tableau). Et zou. Emballé c’est pesé ? Ca doit être ça. On récupère nos livres (Aka ces kilos qui manquaient sur nos frêles épaules) et on nous renvoie dans le hall. Là, on doit patienter jusqu’à la fin du discours de la directrice pour les terminales (qui d’ailleurs était à quelques phrases près le notre). Et enfin, nous entamons la dernière partie de cette dure journée de rentrée : les menus d’EPS.

 

Alors, pour ceux qui auraient tout oublié, ou qui ne seraient pas encore à ce stade, je vous récapitule le délire : EPS = Education Physique et Sportive (Aka sport) ; menus = choix en 1ère et Tle. En gros, nous (les autres je peux pas savoir d’abord.), on a eu le choix entre trois menus, chacun contenait quatre sports différents. J’ai pris le troisième. Ca vous avance, hein ? En fait, j’ai pris le seul où il n’y avait pas natation. Pour tout cela, nous avons mis… Une heure et demi de plus que prévu. Oui, oui. Parce que… Ils laissent le choix du menu mais, faut que les menus soient équilibrés ! La blague. A la fin, cela devenait tellement serré que les élèves qui décidaient de faire des concessions et donc de changer de menu étaient… Applaudis par toute l’assemblée. Si si. Mais moi, je voulais rester modeste. Alors je n’ai pas changé de groupe. (C’est crédible comme excuse, ça ?)

 

Et voilà comment on est sortis avec une heure et demi de retard avec des informations qui tourbillonnaient dans nos esprits, les épaules à nouveau chargés pour l’année et avec en vue lointaine, très lointaine (dans le brouillard total en fait) le tant attendu baccalauréat.

 

Quand la roue va-t-elle enfin s’arrêter ?

 

 

Rédigé par Rime

Publié dans #Failtale

Repost 0
Commenter cet article