Game Over.

Publié le 7 Avril 2011

L’horloge s’est-elle arrêté ? Ou bien l’aurait-on brisé ? A coups d’indifférence… Comme toi quoi. Alors vas-y, crie. Et puis barre-toi. T’as rien d’autre à faire, non ? Normal, t’as plus personne. T’es seul, mec. Eternellement seul. Quoi ? Tu pleures ? Putain, mais en plus t’as aucune dignité ! Connard ! Mais révolte-toi ! Fais quelque chose, réplique ! Mord ! Allez ! Comment je m’amuse si tu restes là, à chialer ? Arrête, tu vas finir par remplir la baignoire de tes larmes ! … C’est ça, rajoute ton sang pour aller plus vite ! Mais oui, coupe-toi les veines ! Comme si ça allait changer quelque chose… T’es pitoyable. T’as rien appris de toutes ces années ? Rien ?! Mais utilise un peu ton  cerveau au lieu de repeindre les murs de la salle de bain ! T’es pas foutu de réfléchir ? De comprendre que tout ça ne te mène à rien ?! Réfléchis, putain ! …Eh bah vas-y, te gène pas ! Frappe-toi la tête contre le mur ! Ca résonne là-dedans ? Mais ça raisonne pas !

 

Ouais, c’est ça ! Plonge la tête sous l’eau ! Tu tiendras même pas vingt secondes ! On parie ? Vas-y, je chronomètre. … Ah le salaud, il me fait mentir. Sors de là ! Tu te rends pas compte ? Prends un peu conscience de ce que tu fais, merde ! Pourquoi tu te fous en l’air ? Comment ça t’es pas bien ? Tu crois vraiment que nous on pète la forme ? Nan ! Mais on ferme notre gueule et on serre les dents ! C’est tout ! Mais toi tu  ne peux pas, hein ? Non, se détruire, c’est plus simple après tout… Ca te facilite la vie ! Quel con ! Incapable de surmonter les difficultés… Pas foutu de voir au-delà que la montagne. Y a un putain de ciel bleu derrière ! Y A UN PUTAIN DE SOLEIL !

 

Allez, c’est ça, replonge. Fais l’autruche tant que tu veux… Crois-moi, tu t’en sortiras pas comme ça. Ah oui, t’arriveras sans doute à crever. Et tu crois que c’est comme ça que tu gagnes ? Excuse mais là tu fonces droit dans le mur. Ouais, et sans retour en arrière possible. Ca s’appelle la Vie. Quoi t’as peur ? Mais de quoi putain ? …Tu veux que je te dise ? T’as peur de toi-même, c’est tout. T’as peur d’être heureux ! De ne plus être seul ! Ah, c’est sûr, la solitude, c’est réconfortant : personne peut te contredire ! Bon si, ton cerveau va pas être d’accord avec toi mais lui, il compte pas. …Fatigué ? De quoi ? De vivre ?! Mais t’en as encore rien fait de ta vie ! Alors bouge-toi ! Et là je t’autoriserai à te dire fatigué. Mais pas avant !

 

Ca va ? T’es calmé ? Je sais que je suis violente mais y’a que comme ça qu’on a une chance d’être écouté… Eh dis ! Tu m’écoutes ?! … …Ah le con.

 

Game Over.

 

Il y a comme du sang coincé derrière le cadran. Les aiguilles éternellement fixées sur l’heure fatidique.

Rédigé par Rime

Publié dans #Nos pires cauchemars

Repost 0
Commenter cet article